www.faune-rhone.org
 Visiteur Anonyme  [J'aimerais participer]
VisionatureVisionature
Accueil
 
Les partenaires
 
La faune de Rhône-Alpes
Consulter
  Les observations
    - 
Les 2 derniers jours
    - 
Les 5 derniers jours
    - 
Les 15 derniers jours
     Données et analyses
       - 
Cisticole des joncs 2017
       - 
Lérot 2017
       - 
Grosbec casse-noyaux 17-18
       - 
Grue cendrée 2017
       - 
Sizerin cabaret 17-18
       - 
Mésange boréale 15-17
       - 
Hérisson d'Europe 2017
       - 
Effraie des clochers 15-17
       - 
Moineau friquet 2017
       - 
Oedicnème criard 2017
       - 
Grive mauvis 17-18
       - 
Vulcain 17-18
       - 
Tarin des aulnes 17-18
       - 
Pic mar 11-17
       - 
Grive litorne 17-18
       - 
Milan royal 17-18
       - 
Pinson du Nord 17-18
       - 
Empuse pennée 15-17
 - 
Les galeries
Aide, infos et stats
 - 
Toutes les nouvelles
 - 
Sur votre agenda
  Aide
    - 
Droits d'accès
    - 
Espèces à publication limitée
    - 
Explication des symboles
    - 
Questions fréquentes
  Statistiques d'utilisation
Cartes et listes d'espèces
 - 
Atlas des oiseaux nicheurs
 - 
Biodiversité des communes
 - 
Cartes de présence
Guides d'utilisation
Enquêtes et priorités
  Inventaires participatifs Yzeron Aval
  Mortalité (routes, lignes électriques)
    - 
Mortalité sous ligne électrique
    - 
Points noirs collisions routières
 - 
Biodiversité forestière
  Enquêtes et suivis Oiseaux
    - 
Moineau friquet Rhône et Grand Lyon
    - 
Moineau domestique Lyon Métropole
    - 
Nicheurs rares et mal connus
    - 
Plan Effraie Rhône
    - 
Protocole EPOC
    - 
Le STOC-EPS
    - 
"Zones blanches" à prospecter
    - 
Suivi hivernal SHOC
    - 
Milan royal
Oiseaux
Amphibiens
 - 
Guide d'identification des Amphibiens
 - 
Saisie des Grenouilles "vertes"
 - 
Vigilance virus amphibiens
 - 
Zones blanches à prospecter
Reptiles
 - 
"Zones blanches" à prospecter
Mammifères
Odonates
Orthoptères
Hyménoptères
Publications
  L'Effraie revue
    - 
L'Effraie: derniers numéros
    - 
L'Effraie: archives
    - 
Index des n°14 à 42
 - 
L'espèce du mois
 - 
Articles et synthèses
 - 
Synthèses communales de biodiversité
Les liens

Vigilance virus amphibiens

Surveillance des populations de Salamandres et Tritons en France en relation avec l’existence d’un champignon aquatique très pathogène (Batrachochytrium salamandrivorans) en Belgique et aux Pays-Bas

Très récemment, une nouvelle espèce de champignon Batrachochytrium salamandrivorans a été identifiée comme responsable de mortalité massive de Salamandre tachetée dans les Pays-Bas. Ce champignon est particulièrement pathogène, menant les populations touchées à l’extinction. Il a maintenant été localisé également en Belgique. Des expérimentations montrent que ce champignon est très pathogène pour les espèces de Tritons et Salamandres de France, alors que les Grenouilles et Crapauds testés sont résistants.
 
Face à ce constat, il est urgent de mettre en place une surveillance accrue sur les populations de Salamandres et Tritons de France.
 
Nous vous sollicitons pour participer à cette surveillance dès maintenant. Elle peut prendre plusieurs aspects :
1) sortir sur le terrain et intégrer dans vos parcours les sites à tritons et salamandres : nous vous encourageons à aller voir les sites de reproduction des Salamandres tachetées au moment de la migration printanière, ou à la période où les animaux sont les plus détectables.
2) En cas d’observation d’animaux morts ou malades : déclarer l’observation le plus rapidement possible sur le site« www.alerte-amphibien.fr » ou par téléphone au 06 51 17 62 43. Si possible (voir ci-dessous) ramasser et conserver au congélateur des animaux morts.
3) Si vous ne pouvez pas ramasser les animaux morts, vous pouvez utiliser un coton tige du commerce en le passant sur l’ensemble du corps de l’animal (ventre, pattes, 5 aller-retours sur chaque partie du corps qui le permet, éviter les parties qui seraient trop dégradées). Placer ensuite le coton tige dans une enveloppe et la garder au frais (4°C) et nous contacter.
Attention à ne pas toucher des animaux en bonne santé après avoir touché un amphibien mort….voir ci-dessous le protocole d’hygiène.
4) Mettre en place un suivi : des suivis des tendances des populations d’amphibiens existent pour les tritons (voir POPamphibiens spécifique sur le site de la SHF www.lashf.fr). Pour les salamandres, nous vous proposons de mettre en place un suivi basé sur l’abondance des larves dans des secteurs déterminés (ruisseaux). Contacter nous pour le détail du protocole, très simple d’application.
5) Ne devenez pas les vecteurs de la dissémination de ce pathogène : l’application de mesures simples de désinfection du matériel de terrain est d’autant plus recommandé.
6) Toutes vos remarques et observations bienvenues !
Ramassage, transport et conservation des animaux morts. Les tritons et les salamandres sont des animaux protégés et leur ramassage et détention, même morts, nécessite une autorisation
préfectorale. Ceux d’entre vous qui participent à des inventaires ou des suivis d’amphibiens connaissent cette procédure et pourront lancer une demande dès maintenant si nécessaire.
Ceux qui n’auront pas cette autorisation peuvent se rapprocher des associations naturalistes de leur localité pour connaitre la personne ayant cette autorisation et susceptible de venir ramasser les animaux morts observés.
Enfin, j’ai fait une demande nationale pour cette autorisation afin qu’elle puisse couvrir l’ensemble des personnes faisant ce ramassage. En attendant la réponse, nous contacter si vous faites ces observations et nous verrons avec vous comment s’y prendre pour ce ramassage.
Les informations sur ce programme de surveillance « Batrachochytrium salamandrivorans » seront disponibles sur le site « « www.alerte-amphibien.fr »
Merci à tous pour votre implication, faites passer cette information sur les mesures d’hygiène lors des sorties de terrain, participer et faites participer à cette surveillance !

Ligue pour la Protection des Oiseaux délégation Rhône
Visionature
VisioNature est un outil développé avec la collaboration du réseau LPO. Grâce aux technologies Internet, débutants, amateurs et professionnels naturalistes, peuvent partager en temps réel leur découverte et ainsi améliorer la connaissance et la protection de la faune
Biolovision Sàrl (Switzerland), 2003-2017