www.faune-rhone.org
 Visiteur Anonyme  [J'aimerais participer]
VisionatureVisionature
Accueil
 
Les partenaires
 
La faune de Rhône-Alpes
Consulter
  Les observations
    - 
Les 2 derniers jours
    - 
Les 5 derniers jours
    - 
Les 15 derniers jours
     Données et analyses
       - 
Effraie des clochers 17-18
       - 
Grand Corbeau 17-19
       - 
Mésange boréale 15-18
       - 
Pic mar 15-18
       - 
Hibou moyen-duc 2018
       - 
Cisticole des joncs 2018
       - 
Hirondelle de fenêtre 2018
       - 
Hirondelle rustique 2018
       - 
Martinet à ventre blanc 2018
       - 
Martinet noir 2018
       - 
Moineau friquet 17-18
       - 
Oedicnème criard 2018
       - 
Bondrée apivore 2018
       - 
Cigogne blanche 2018
       - 
Gobemouche noir 2018
       - 
Hérisson d'Europe 17-18
       - 
Coronelle lisse 12-18
       - 
Orvet fragile 2018
 - 
Les galeries
Aide, infos et stats
 - 
Toutes les nouvelles
 - 
Sur votre agenda
  Aide
    - 
Droits d'accès
    - 
Espèces à publication limitée
    - 
Explication des symboles
    - 
Questions fréquentes
  Statistiques d'utilisation
Cartes et listes d'espèces
 - 
Atlas des oiseaux nicheurs
 - 
Biodiversité des communes
 - 
Cartes de présence
Guides d'utilisation
 - 
Manuels d'utilisation
 - 
Saisie mobile avec NaturaList
 - 
Code de déontologie
 - 
Règles concernant la publication de photos
 - 
Nous contacter
Oiseaux des jardins
 - 
L'observatoire Oiseaux des jardins
 - 
Mode d'emploi et tutoriel
 - 
Aides à l'identification
 - 
FAQ Oiseaux des jardins
 - 
Résultats des comptages
Enquêtes et priorités
  Mortalité (routes, lignes électriques)
    - 
Mortalité sous ligne électrique
    - 
Points noirs collisions routières
 - 
Biodiversité forestière
  Enquêtes et suivis Oiseaux
    - 
EPOC et listes complètes
    - 
Le STOC-EPS
    - 
Moineau domestique Lyon Métropole
    - 
Milan royal
    - 
Nicheurs rares et mal connus
    - 
Zones blanches à prospecter
    - 
Suivi hivernal SHOC
Oiseaux
Mammifères
 - 
Atlas et portail régional
 - 
Clés de détermination
 - 
Loutre d'Europe
Reptiles
 - 
Enquête participative Orvet fragile
 - 
"Zones blanches" à prospecter
Amphibiens
Odonates
Orthoptères
Hyménoptères
Publications
  L'Effraie revue
    - 
L'Effraie: derniers numéros
    - 
L'Effraie: archives
    - 
Index des n°14 à 42
 - 
Articles et synthèses
 - 
L'espèce du mois
 - 
Synthèses communales de biodiversité
Les liens

Toutes les nouvelles
page :
 
 
1
2
3
4
5
6
7
8
9
>
>|
Nbre/page :
nbre : 264
 
jeudi 6 septembre 2018
Coléoptères, hétérocères... n'oubliez pas Faune-France !

Depuis le 1er juillet de l'année dernière, Faune-Rhône a un grand frère (oui, un grand frère plus jeune, c'est original mais c'est comme ça) qui s'appelle faune-france.org

Faune-France fonctionne exactement comme Faune-Rhône, et les deux sites sont étroitement liés puisque, pour les taxons présents sur Faune-Rhône (oiseaux, mammifères, reptiles, amphibiens etc), ils sont synchronisés. Toute donnée saisie sur Faune-Rhône apparaît immédiatement sur Faune-France, et réciproquement, toujours, donc, pour les taxons en question. Ce sera le cas pour une Mésange charbonnière ou un Frelon européen.

En revanche, qu'arrive-t-il si vous observez dans le Rhône une Ecaille chinée (Hétérocère), ou bien un Ver luisant ou un Lucane cerf-volant ? Impossible de les saisir sur Faune-Rhône car, faute de vérificateurs disponibles en interne ou chez nos associations partenaires, nous ne pouvons ouvrir l'onglet.

Pour autant, ne vous laissez pas abattre et foncez sur Faune-France. Un très grand nombre de taxons, notamment d'insectes, mais aussi les araignées ou les escargots y sont accessibles à la saisie. Vos données intégreront alors les analyses nationales, et pour vous, cela vous fait un support informatique en ligne où les stocker et les gérer.

Ne laissez pas traîner de données au fond d'un tiroir ! Récente ou ancienne, toute donnée rhodanienne "hors Faune-Rhône" a sa place sur Faune-France. En particulier, les coléoptères patrimoniaux comme le Lucane ou le Rhinocéros, objet de suivis nationaux, sont à saisir. 

Vous êtes déjà quelques-uns à contribuer aux taxons "hors Faune-Rhône" sur Faune-France... allons encore plus loin !

Merci à tous,

L'équipe Faune-Rhône

posté par Cyrille Frey
 
mardi 4 septembre 2018
Oiseaux
La bête du mois de septembre: la Mésange à longue queue

C’est sûr qu’elle est plus facile à voir et à entendre en hiver. La Mésange à longue queue ne quitte jamais les arbres et comme elle n’est pas épaisse, elle n’est souvent qu’un mouvement de feuilles dans le houppier. Bien qu’elle se tienne souvent plus bas dans la ramure qu’on l’imagine – ses cris semblent toujours venir de la cime de l’arbre, même quand elle fouille les branches basses – on ne la trouvera jamais dans une vulgaire friche. A contrario, elle peut traverser la ville de branche en branche, si un alignement d’arbres le lui permet, comme l’illustre cette donnée du 1er mars 2012 en plein quartier de la Pérallière, l’un des plus gris, des plus minéraux des quartiers du cœur de Villeurbanne, elle-même cœur de béton de l’agglomération…

Ouvrez le fichier pour en savoir plus !

Document à télécharger :  MLQSeptembre2018-3627.pdf
posté par Cyrille Frey
 
mercredi 29 août 2018
Reptiles
Changements de nomenclature ou "l'affaire de la Collier"

Avec l'avancée des connaissances, notamment du fait des progrès de la génétique, la science appréhende toujours plus finement la complexité du vivant.

Les reptiles et amphibiens d'Europe font actuellement l'objet de nombreux travaux, qui se traduisent par quelques changements de perspective. Ainsi, le Crapaud commun a été récemment divisé en deux espèces, les Crapauds commun, présent dans le nord-est de la France, et épineux, dans le sud-ouest. Nous avons répercuté ce changement dans Faune-France depuis déjà quelques temps.

La Couleuvre à collier, elle aussi, a fait l'objet d'une profonde révision de son statut. Elle a été divisée en plusieurs espèces distinctes : 

- La Couleuvre à collier Natrix natrix, vit au-delà du Rhin et en Europe du Nord. Elle n'est à priori pas présente en France. Elle est qualifiée de Couleuvre à collier nordique ;

- La Couleuvre helvétique Natrix helvetica est l'espèce la plus abondante et la mieux répartie en France ; de façon transitoire, elle sera dénommée Couleuvre à collier helvétique sur Faune-France pour que la transition du nom soit progressive. Le changement automatique de nom se fera dans les prochains jours pour les données d'archive.

- La sous-espèce corse de la Couleuvre helvétique Natrix helvetica corsa n'a pas encore de nom vernaculaire officiel. Elle est temporairement dénommée Couleuvre à collier corse. Nous avons déjà procédé au changement de nom.

- La Couleuvre à collier de la péninsule Ibérique, aussi présente dans les Pyrénées-Orientales et l'Aude a été élevée au rang d'espèce. Elle s'appelle désormais la Couleuvre astreptophore Natrix astreptophora. Nous l'appellerons, de façon transitoire, Couleuvre à collier astreptophore.

Pendant une brève période de transition, nos données de Couleuvre à collier déjà saisies vont apparaître comme "Couleuvre à collier nordique" alors que chez nous, cent pour cent des "collier" sont en réalité des Couleuvres helvétiques Natrix helvetica. Ne vous en alarmez pas et n'y touchez surtout pas: Biolovision va procéder dans les jours prochains à la mise à jour des nomenclatures pour intégrer ces modifications. Toutes nos données se retrouveront automatiquement avec la bonne étiquette donc pas de panique.

Deux autres reptiles font peau neuve

- Le Lézard vert a été divisé lui aussi en deux espèces, il y a déjà plusieurs années. Lacerta bilineata qualifié jusqu'ici de Lézard vert occidental doit désormais être qualifié de Lézard à deux raies.

- La Couleuvre à échelon est désormais intégrée au genre Zamenis et devient donc Zamenis sclaris.

Du neuf aussi chez les tritons

Triturus carnifex appelé jusqu’ici Triton crêté italien, est une espèce valide. Son nom vernaculaire est désormais le Triton bourreau - oui comme monsieur Deibler avec sa mécanique. Vous ne devriez pas avoir affaire à lui tous les jours, en tout cas... on vous le souhaite.

posté par Cyrille Frey
 
lundi 20 août 2018
Oiseaux
Dix minutes pour une liste !

Les listes et les fichages n’ont pas bonne presse en démocratie et c’est normal. En protection de la nature, c’est tout le contraire !

Alors, plus que jamais : saisissez des listes complètes. Tenez : une fois par jour, par semaine ou par mois, selon vos possibilités, faites une liste pendant 10 minutes.

C’est encore mieux que les listes de 5 minutes, surtout en cette saison où les oiseaux sont discrets.

N’hésitez pas à saisir des listes n’importe où. Vous pouvez changer souvent de lieu ou au contraire en relever souvent au même endroit, à votre guise.

Qu’est-ce qu’une liste, ou plutôt une liste complète sous Visionature ?

C’est une série d’observations faite d’un seul jet depuis un point, à l’issue de laquelle vous déclarez avoir noté et indiqué un effectif pour toutes les espèces que vous avez observées. Pour produire cette liste, vous aurez commencé par utiliser, sur NaturaList, l’icône en forme de classeur, tout en haut à droite, au lieu de l’icône « + » qui permet d’ajouter une ou plusieurs obs en mode classique. Ou bien, depuis le site Faune-Rhône, vous aurez cliqué sur un lieu-dit et choisi l’option « ajouter un formulaire journalier »,

Et enfin vous aurez conclu en déclarant ou en cochant la case qui certifie que toutes les espèces vues ont été signalées.

C’est essentiel. Pourquoi ? Parce qu’ainsi, on sait non seulement quelles espèces étaient là mais aussi lesquelles n’y étaient pas. Ce qui permet de connaître beaucoup mieux les répartitions, les densités, et les embardées d’abondance même des espèces les plus communes.

… Les espèces les plus communes qu’on ne note jamais… avant de s’apercevoir un jour qu’elles ont quasiment disparu.

Pour éviter ça, des listes et encore des listes !

Des tutos vous expliquent la marche à suivre :

- liste complète en temps réel sur NaturaList : << cliquez ici >>

- liste complète plus tard sur NaturaList : << cliquez ici >>

- liste complète sur Faune-France et les portails locaux : << cliquez ici >>

Bonne rentrée à tous.

posté par Cyrille Frey
 
mercredi 1 août 2018
Reptiles
L'espèce du mois d'août: la Coronelle lisse

Qui connaît la Coronelle lisse ?

Il y a les Anglais. Enfin presque. Si vous leur dites « Coronel », y’a pas de lézard, ils sauront, mais ils ne penseront pas à un serpent (et oui, il est de bon ton de taquiner les Anglais avec des histoires de ce genre surtout à l'approche du 31 du mois d'août).

Quant aux autres... pour en savoir plus... faites vite connaissance avec la Coronelle lisse dans le PDF !

Document à télécharger :  Coronelle_lisse_aout18-5452.pdf
posté par Cyrille Frey
 
jeudi 12 juillet 2018
Oiseaux
L'espèce du mois: la Tourterelle des bois

Il y a des espèces dont on se demande un peu où l’on est allé chercher leur nom. Par exemple, si vous ouvrez une flore « Bonnier » - celle sur laquelle des générations d’étudiants ont sué – à la page de l’Ornithogale des Pyrénées, vous lirez qu’il est « commun, sauf dans les Pyrénées ». La Tourterelle des bois, c’est presque la même chose...

Cliquez sur le PDF pour lire la suite !

Document à télécharger :  Tourterelle_des_bois_juillet_18-5532.pdf
posté par Cyrille Frey
 
mardi 10 juillet 2018
Oiseaux
Enquête Moineau domestique : il est encore temps !

Si peu… si peu de données de Moineaux domestiques nicheurs probables et certains ! Alors que l’oiseau des villes par excellence se casse la gueule, pour le dire crûment, l’allez-vous abandonner à son sort ?

Non ! Palsambleu, cela ne sera point. Ventre-saint-gris (et certes, gris il l’a, le ventre), ralliez-vous à son doux piaillement, et l’allez céans quérir. Où cela ? Mais partout, et surtout où il vit, du moins où l’on pense qu’il vit : sur les places et sur les parvis, par les rues et les venelles, les quartiers neufs et (surtout) les vieux.

Choisissez un coin de quartier, avisez-en la LPO, faites le tour des rues et notez. Rien ? Notez rien. Quelque chose ? Ah, ah ! Cherchez. Là, derrière les stores vénitiens ? Dans le plus moderne caisson d’un volet roulant ? Dans ce vieux mur ou ces aérations ? Notez. Voire photographiez.

À ce jour, les dernières colonies sont menacées en Presqu’île (entre Carnot et Bellecour), à Ainay, à la Guillotière. Elles ne sont même pas connues à la Croix-Rousse, à Vaise, à Caluire, ni à Oullins, Décines ou Meyzieu… Cela fait de la surface à prospecter, mais concentrez-vous sur les zones denses et bâties depuis au moins trois quarts de siècle.

Avant de boucler les valises des vacances, c’est le dernier coup de rein que vous demande la LPO Rhône… Un petit tour de quartier tôt le matin, à la fraîche et au calme, pour compléter notre carte bien vide.

Il ne sera pas dit que le moineau se rendra sans combattre !

posté par Cyrille Frey
 
vendredi 29 juin 2018
Le numéro 47 de l'Effraie est paru !

Voici le numéro 47 de notre revue l'Effraie :

Un grand merci à tous les participants, relecteurs et photographes, ainsi qu'aux rédacteurs : Loïc, qui nous présente les passages d'un rare bécasseau dans le Rhône, Alexandre, qui nous rapporte la 2è donnée départementale de Corneille mantelée, l'équipe Oedicnème qui fait le bilan résumé du Plan de Sauvegarde dans l'Est lyonnais en 2017, Anaëlle, Carole et Agathe, étudiantes ATIB, qui ont cherché le Moineau friquet de l'Est lyonnais, Elodie et Dominique qui se sont intéressés aux... Dinosaures (et oui, nos charmants amis sont des dinosaures !...) et enfin Pascal qui nous rapporte plein de choses très intéressantes que l'on peut obtenir sur les sites web des revues naturalistes. Sans oublier la chronique du passage prénuptial de 2018.

Bonne lecture estivale !!!

Au sommaire :

Le Bécasseau de Temminck dans le Rhône : lorsque relative rareté se conjugue avec grande discrétion

         Loïc LE COMTE

Une Corneille mantelée observée dans le département du Rhône

     Alexandre AUCHERE

Plan de Sauvegarde de l’Œdicnème criard dans le grand Est lyonnais : résumé du rapport annuel 2017

          Paul ADLAM, Violette BOURGOGNE, Dominique TISSIER

Déclin du Moineau friquet Passer montanus dans l’Est lyonnais

            Anaëlle CELLIER, Carole LERAY, Agathe MALLET

Les Oiseaux sont des Dinosaures !

       Élodie ROSINSKI, Dominique TISSIER

Un peu de lecture, ça ne peut pas faire de mal ! La richesse des ressources internet                    

           Pascal GALGUEN

Chronique : quelques données remarquables de la migration prénuptiale 2018

Document à télécharger :  EFFRAIE 47 - LPO Rhône
posté par Dominique Tissier
 
vendredi 29 juin 2018
Mammifères
Atlas mammifères: c'est l'heure de prospecter

... poil au Chat forestier.

Ça y est. C’est l’été, les oiseaux ne chantent plus. Vous allez donc pouvoir faire autre chose sans avoir l’impression de choix dignes des héros de… Corneille.

Du mammifère par exemple ? Du mammifère. Ça tombe bien : en ce moment, il y a un atlas en cours. Un atlas régional, ce qui fait que son maillage est assez gros et que les cartes de l’état de prospection ne sont pas super, super explicites pour un petit département comme le nôtre.

Je veux dire par là qu’il ne faut pas croire s’en tirer à si bon compte. Ce n’est pas parce qu’il y a une donnée de belette dans la maille que le boulot est fini. Alors pour vous guider un peu plus finement, voici un petit état des lieux par commune.

Document à télécharger :  NewsProspectionJuillet18-4633.pdf
posté par Cyrille Frey
 
jeudi 28 juin 2018
Oiseaux
Hiboux: à nous les grands Moyens !

Que peut-il arriver de pire lorsqu'on naît duc qu'une fois presque adulte, de découvrir qu'on n'est pas grand, mais juste moyen ou petit ? Et voilà pourquoi, aux derniers jours de juin, les jeunes hiboux chantent leur frustration, le soir dans leurs sapins.

L'avantage, c'est que ça nous aide à les trouver. Ce sont eux, ces cris plaintifs, la nuit venue, dans les grands arbres, à la campagne comme aux portes de la ville. Faites un petit tour sur le site xeno-canto.org et choisissez les enregistrements intitulés "Begging call" (quémandage). Ensuite, plus qu'à aller à la recherche des nichées ! Vous n'avez pas à craindre d'être foudroyés par leur statut du quémandeur.

Le Moyen-duc est peut-être le moins connu des oiseaux communs. Au point qu'il pourrait bien ne plus être commun du tout. La LPO le recherche tout spécialement dans l'ouest lyonnais: en ville, en quartiers très arborés (Point du Jour, Francheville, Sainte-Foy...) mais aussi dans les vallons du nord-ouest (Lissieu, Limonest, Dardilly...)

Ces bouquets de gros sapins d'ornement, près d'un bout de pré qui subsiste en bord d'agglomération... Cette lisière forestière le long d'une belle prairie de fauche pleine de campagnols... voilà un bel endroit pour un affût au Moyen-duc. En plus, il fait frais et on peut voir bien d'autres espèces encore... alors donnez-nous les Moyens !

posté par Cyrille Frey
page :
 
 
1
2
3
4
5
6
7
8
9
>
>|
Nbre/page :
nbre : 264

Ligue pour la Protection des Oiseaux délégation Rhône
Visionature
VisioNature est un outil développé avec la collaboration du réseau LPO. Grâce aux technologies Internet, débutants, amateurs et professionnels naturalistes, peuvent partager en temps réel leur découverte et ainsi améliorer la connaissance et la protection de la faune
Biolovision Sàrl (Switzerland), 2003-2018