www.faune-rhone.org
 Visiteur Anonyme  [J'aimerais participer]
VisionatureVisionature
Accueil
 
Les partenaires
 
La faune de Rhône-Alpes
Consulter
  Les observations
    - 
Les 2 derniers jours
    - 
Les 5 derniers jours
    - 
Les 15 derniers jours
     Données et analyses
       - 
Effraie des clochers 18-20
       - 
Pic mar 18-20
       - 
Huppe fasciée 2020
       - 
Cisticole des joncs 2020
       - 
Hirondelle de fenêtre 2020
       - 
Hirondelle rustique 2020
       - 
Moineau friquet 19-20
       - 
Oedicnème criard 19-20
       - 
Petit-duc scops 2020
       - 
Pie-grièche écorcheur 2020
       - 
Pouillot de Bonelli 2020
       - 
Tourterelle des bois 2020
       - 
Circaète Jean-le-Blanc 2020
       - 
Hirondelle de rochers 2020
       - 
Hérisson d'Europe 19-20
       - 
Lézard à deux raies (L. vert occidental) 2020
       - 
Crapaud commun ou épineux 2020
       - 
Triton alpestre 2020
       - 
Citron 2020
 - 
Les galeries
Aide, infos et stats
 - 
Toutes les nouvelles
 - 
Sur votre agenda
  Aide
    - 
Espèces à publication limitée
    - 
Explication des symboles
    - 
Questions fréquentes
  Statistiques d'utilisation
Cartes et listes d'espèces
 - 
Atlas des oiseaux nicheurs
 - 
Biodiversité des communes
 - 
Cartes de présence
Guides d'utilisation
 - 
Manuels d'utilisation
 - 
Saisie mobile avec NaturaList
 - 
Saisie par listes complètes
 - 
Code de déontologie
 - 
Règles concernant la publication de photos
 - 
Nous contacter
Oiseaux des jardins
 - 
L'observatoire Oiseaux des jardins
 - 
Mode d'emploi et tutoriel
 - 
Aides à l'identification
 - 
FAQ Oiseaux des jardins
 - 
Résultats des comptages
Enquêtes et priorités
  Mortalité (routes, lignes électriques)
    - 
Mortalité sous ligne électrique
    - 
Points noirs collisions routières
 - 
Appels à prospection groupe Alerte
 - 
Biodiversité forestière
  Enquêtes et suivis Oiseaux
    - 
EPOC et listes complètes
    - 
Le STOC-EPS
    - 
Milan royal
    - 
Nicheurs rares et mal connus
    - 
Suivi hivernal SHOC
    - 
Zones blanches à prospecter
    - 
Corbeau freux nicheur Lyon Métropole
Oiseaux
Mammifères
 - 
Atlas et portail régional
 - 
Clés de détermination
 - 
Loutre d'Europe
Reptiles
 - 
Zones blanches et mal connues
Amphibiens
Odonates
Orthoptères
Hyménoptères
Publications
  L'Effraie revue
    - 
L'Effraie: derniers numéros
    - 
L'Effraie: archives
    - 
Index des n°14 à 42
 - 
L'espèce du mois
 - 
Articles et synthèses
 - 
Synthèses communales de biodiversité
Les liens

Toutes les nouvelles
page :
 
 
1
2
3
4
5
6
7
8
9
>
>|
Nbre/page :
nbre : 350
 
mardi 2 juin 2020
L'Effraie n°51

Voilà le numéro 51 de notre revue L'Effraie / LPO-Rhône.

Merci à tous ceux qui ont participé à sa réalisation !

Bonne lecture !

Au sommaire :

·      Editorial

·      Quelques tâches naturalistes après le printemps !   Cyrille FREY

·      L’affaire garde-bœufs   Cyrille FREY (LPO-Rhône)

·      Utilisation d’un nichoir par une femelle écureuil     Philippe RIVIERE (LPO-Rhône)

·      Une crécerelle en mauvaise posture    Jean-Paul RULLEAU (LPO-Rhône)

·      De quelques observations de leucisme en région lyonnaise      Dominique TISSIER

·      Plan de Sauvegarde de l’Œdicnème criard : résumé du rapport annuel 2019     Camille MIRO, Paul ADLAM

·      Une nouvelle espèce pour le Rhône !     Cyrille FREY, Dominique TISSIER

·      INFO ORNITHO :

Chronique : quelques données remarquables du printemps 2020

Retrouvez les articles à télécharger individuellement sur cette page

Document à télécharger :  Effraie 51
posté par Dominique Tissier
 
vendredi 29 mai 2020
Oiseaux
Afflux d'Étourneaux roselins: cette fois-ci sera-t-elle la bonne ?

L'Étourneau roselin, vous connaissez ? Facile à reconnaître, celui-là, pas comme l'Unicolore! Imaginez un étourneau en maillot rose de leader du Giro, un peu comme la Corneille mantelée est une Corneille noire en tricot gris.

Cet étourneau oriental se montre de temps à autre en Europe occidental, généralement sur le pourtour méditerranéen. Mais cette année, nos voisins autrichiens mais désormais allemands et suisses signalent un afflux particulièrement conséquent, et remontant beaucoup plus au nord que d'habitude, comme l'explique ci-dessous Aurélien Rougeron à qui nous empruntons cette brève :

Depuis une petite semaine, un nouvel afflux d'Etourneaux roselins se dessine en Europe de l'Ouest (nouvel, car le dernier ne date que de 2018). Cette espèce, qui niche de l'Est de l'Ukraine au Nord de la Chine, hiverne essentiellement en Inde.

L'Autriche a enregsitré à ce jour plus d'une centaine d'observations avec des groupes de 40, voire >50 ind.

L'Italie cumule une trentaine de données entre la vallée du Pô et le sud des Alpes, sur un axe Est-Ouest.

En France, les mentions sont, comme il y a 2 ans, pour l'instant localisées sur les littoraux méditerranéen (autour de Marseille notamment) et atlantique.

Mais ce qui change comparé à 2018, c'est l'apparition de l'espèce en Allemagne avec un oiseau hier juste de l'autre côté du Rhin, à 5 km de la frontière et en Suisse en plusieurs endroits, dont certains tout proches du Jura français. (...)

Il convient donc désormais de prêter attention à tout rassemblement d'étourneaux (sur un fil téléphonique, dans un pré pâturé...) et pour les plus motivés de mener des recherches spécifiques qui pourraient déjà consister à faire une tournée quotidienne des cerisiers de son quartier (les photos de nos voisins confirment que le roselin n'en est pas moins friand que le sansonnet).

Le Rhône se trouvant au carrefour des influences méridionale et orientale a donc deux bonnes raisons d'espérer, enfin, ce qui serait une première départementale !

posté par Cyrille Frey
 
jeudi 28 mai 2020
Appel à prospection: si j'étais ornitho (mammalo, chiro, herpéto, entomo...) je zniefferais le jour... je zniefferais la nuit !

Vous avez tous entendu parler des ZNIEFF (zones naturelles d’intérêt écologique, faunistique et floristique)

Ces périmètres servent à signaler aux décideurs et à bien d'autres la présence d'un patrimoine naturel notoirement riche. Il faut donc qu'ils soient à jour.

La LPO Auvergne-Rhône-Alpes a souhaité contribuer à l'actualisation de ces inventaires en relayant l'information dans ses réseaux.

Grâce au lien ci-dessous, vous pourrez consulter les périmètres à prospecter ainsi que le nombre d'espèces contactées en 2020.

Si vous le souhaitez, vous trouverez plus d'informations sur la démarche au lien ci-dessous :

http://www.auvergne-rhone-alpes.developpement-durable.gouv.fr/les-zones-naturelles-d-interet-ecologique-a10619.html#zni

Vous pourrez y trouver les listes d'espèces déterminantes mais nous vous invitons à noter toute donnée collectée.

Pour participer, rien de plus simple, il suffit de réaliser des inventaires de terrain dans les périmètres présents à l'adresse ci-dessous (prioritairement dans les zones en "priorité 1" , puis "priorité 2" etc.). Les données sont à saisir sur visionature ou Naturalist, nous nous occuperons de la transmission à la DREAL.
https://sig.lpo-aura.org  

Au cours de vos prospections, nous vous invitons à respecter scrupuleusement les consignes sanitaires en vigueur et naturellement les propriétés privées.

Merci d'avance !

L'équipe Faune-Rhône et la LPO Auvergne Rhône-Alpes

posté par Cyrille Frey
 
lundi 25 mai 2020
Appel à participation: le plastique c'est pas du tout fantastique !

Omniprésent dans notre environnement moderne, le plastique épargne de moins en moins les oiseaux.

La LPO a été sollicitée par des chercheurs travaillant sur l’emmêlement des plastiques chez les animaux. Ils étudient l’impact de ces plastiques sur l’ensemble de la faune (emmêlement, étouffement, etc.).

Ces chercheurs ont mis en place un appel à participation où ils demandent des informations pouvant montrer ces impacts (photos, témoignage, observation, etc…) en effectuant des recherches sur internet pour trouver des photos, vidéos qui montrent ces impacts et en les téléchargeant sur leur site. N’hésitez pas à participer à leur appel : https://hisaproject.org/challenge/

De plus si vous faites des observations sur le terrain de ces emmêlements n’hésitez pas à saisir vos données sur Faune-Rhône en notant bien dans la partie « remarque » l’observation que vous avez faite (exemple : sac plastique accroché à la patte d’un canard).

Nous en profitons pour vous rappeler de respecter en toutes circonstances les gestes protecteurs sur le terrain (masque, distance, gel hydroalcoolique et lavage de mains) et d'effectuer vos prospections seuls. Nous n'en avons pas encore fini avec ce fichu virus !

Merci à tous pour votre contribution.

posté par Cyrille Frey
 
mardi 19 mai 2020
Information importante de l'Ain: la Valbonne, espace réglementé et dangereux

Bonjour à tous,

Nos collègues de la LPO Ain nous prient de relayer ce message. A lire impérativement si vous fréquentez les alentours du camp de la Valbonne.

Chers adhérent(e)s et contributeurs(trices),

Cette année, la LPO a été mandatée sur le programme LIFE Valbonne, coordonné par le Ministère des Armées, en partenariat avec le Conservatoire d'Espaces Naturels Rhône-Alpes et la Fédération Départemental des Chasseurs de l'Ain. Nous intervenons sur le camp pour de nombreuses actions d'inventaires et de suivis de l'avifaune. La réalisation de ce travail financé en partie par l’Union Européenne, nécessite une collaboration étroite avec le camp militaire de la Valbonne. Ainsi, l’accès au terrain militaire passe par une déclaration des jours et heures de présence des intervenants afin d’éviter tout incident. La liste des personnes venant de la LPO a également été fournie et validée (identité, téléphone, plaque du véhicule). Ainsi, si vous observez des naturalistes sur le terrain militaire, il s'agit très probablement des intervenants LPO, ou d'autres structures ,sur ce programme LIFE qui ont obtenue l'autorisation.

En dehors de ces personnes préalablement identifiées, l'accès au camp militaire est, comme indiqué par les nombreux panneaux qui le délimitent, strictement interdit et nous rappelons qu'il y a un réel danger de mort. Les contrevenants s'exposent à des poursuites judiciaires (verbalisation et amende, passage au tribunal). Par ailleurs, les observateurs d’oiseaux en infraction dans le camp feront perdre la crédibilité de la LPO auprès des responsables du camp et du CEN RAet mettront en péril l’action de notre association pour la biodiversité dans cet espace naturel. Aussi nous vous demandons de respecter la signalisation et de ne pas rentrer dans le camp militaire.

Rappelons que l'observation de la faune du camp est tolérée depuis les espaces de stationnement au bord des routes et qu'il existe plusieurs points d'observation que vous pouvez utiliser sans enfreindre la loi.

Nous vous remercions par avance pour votre compréhension.

l'équipe de la LPO DT Ain."

posté par Cyrille Frey
 
samedi 2 mai 2020
Oiseaux
Bilan du premier mois de confinement: des données étonnantes

Avril et mai sont, inévitablement, les mois les plus prolifiques en données de l’année naturaliste. Mais qu’allait-il advenir de 2020 après le décret du 16 mars confinant chez eux tous les bénévoles, de peur de les exposer à l’attaque, au coin du bois, d’un pangolin enragé ? Allions-nous assister à une fosse des Mariannes dans les statistiques de Faune-Rhône, brutalement restreintes aux seules données issues des études financées, recueillies par les salariés ?

La réponse est non ! 

Ouvrez vite le PDF pour en savoir plus.

Document à télécharger :  Confinement_bilan_1_mois-2446.pdf
posté par Cyrille Frey
 
dimanche 19 avril 2020
Oiseaux
Un peu de lecture: résultat de 13 transects de cet automne dans divers paysages agricoles du Rhône

L’automne dernier, en ces temps lointains et révolus où l’on pouvait sortir à sa guise, j’ai consacré mes samedis à des balades naturalistes dont je constatai, au bout du compte, qu’elles présentaient une grande homogénéité : d’une durée d’environ 1h30, dans la tranche horaire 9h-12h, au sein de paysages agricoles de basse altitude, selon la méthode du transect – en notant tout grâce à l’appli NaturaList, avec en général deux points de 5 minutes destinés à enrichir le programme EPOC.

D’où l’idée de les comparer, sans trop entrer dans les détails en raison du caractère assez souple, tout de même, de la méthodologie.

Réalisés du 2 novembre au 31 décembre 2019, ces transects sont localisés en val de Saône et environs, à l’exception du site du bois de Pomeys, tout au sud-ouest du département.

Pour en savoir plus, consultez le fichier PDF ! (photo de l'Alouette lulu: P.-L. Lebondidier)

Document à télécharger :  Transects_VDS-6011.pdf
posté par Cyrille Frey
 
mardi 7 avril 2020
Oiseaux
Applications d'identification (Birdnet etc.): restez prudents !

Bonjour à tous et bienvenue aux contributeurs nous ayant rejoints en gare de... Pardon. Nous ayons rejoints depuis le confinement. Vous êtes un nombre croissant à mentionner en commentaire de vos données l'usage d'applications smartphone de détermination visuelle ou sonore, en particulier Birdnet.

Malheureusement, il s'avère, au vu des résultats, que ces applications sont encore peu fiables et qu'il n'est pas possible de leur faire une confiance aveugle.

Vous vous en doutez: elles fonctionnent en comparant une photo ou un enregistrement avec une banque d'images ou de sons de référence et leur fiabilité dépend donc à la fois de la qualité de l'enregistrement (forcément limitée avec un smartphone), de sa durée, et de la richesse de la base de données de référence par rapport au caractère, typique ou non, du chant que vous enregistrez (s'il s'agit d'un son). Dans le cas des images, la lumière et la présence sur la photo des critères caractéristiques seront décisives (et c'est parfois la longueur d'un ongle, les proportions relatives de deux parties du corps...)

Dans le cas, par exemple, de Birdnet, nous sommes en présence d'une application nord-américaine dont la base de référence pour la zone Europe est encore très insuffisante. Elle échoue même en présence d'enregistrements de référence diffusés par ordinateur ! Même en l'autorisant à accéder à votre localisation (pour éviter de sortir des espèces américaines), ce n'est pas ça... du tout ! D'ailleurs, les conditions d'utilisation préviennent qu'il s'agit d'une appli inachevée, quasi en bêta-test.

Mais vous avez envie d'identifier des oiseaux sans passer un an ou deux à vous former (ça se comprend) ! Alors que faire ?

1/ Si vous utilisez une appli qui identifie "à la volée" comme Birdnet, elle permet aussi d'enregistrer le fichier. Faites-le systématiquement et joignez toujours à votre observation la photo ou l'enregistrement utilisé. Cela permettra aux vérificateurs de... vérifier (et aidera à rendre le processus toujours plus fiable).

2/ Redoublez de méfiance si l'espèce "identifiée" est rare. Par exemple si elle apparaît en rouge (ou pire, en homologable - panneau de danger) une fois la donnée synchronisée sur Faune-Rhône. Vérifiez ce point le plus tôt possible (au mieux: sur place) dans un bon vieux guide, comme vous voudrez... et dans ce cas cherchez à obtenir des indices supplémentaires: voir la bête, si vous l'avez enregistrée, et réciproquement; notez l'emplacement précis, le milieu. Une fauvette seulement connue dans le Midi à Montrottier ? Un Autour en plein Lyon ? Tout est possible... mais tout n'est pas probable !

En tout état de cause gardez à l'esprit

- que ces applications sont au tout début de leur existence

- que l'identification des oiseaux sans appli s'apprend lentement, et qu'il y a une raison: diversité des chants et des cris, des conditions d'écoute et d'observation, nécessité de croiser différents critères y compris le milieu utilisé, le comportement, l'attitude... et qu'il est peu probable qu'un outil simple et gratuit arrive, à court terme, à remplacer tout cela avec une fiabilité digne de ce nom;

- que la fiabilité de nos bases est une chose vitale, pour évaluer l'abondance et l'éventuel déclin des espèces, leur répartition, leur chronologie de présence, le tout dans un contexte critique et changeant que vous connaissez tous. Ce qui imposera aux vérificateurs de vous prier de supprimer une donnée surprenante et mal documentée. Ce n'est jamais très agréable - alors ne cédons pas aux sirènes des marchands de tout prêt: vigilance !

Merci à tous,

L'équipe Faune-Rhône

posté par Cyrille Frey
 
mercredi 1 avril 2020
Oiseaux
Arrivée des migrateurs: état des lieux au 31 mars, malgré le confinement

Le confinement décrété mi-mars, c’est-à-dire en pleine arrivée des messagers du printemps, tombe presque au pire moment pour les naturalistes – mais il faut bien s’y faire. Les possibilités de prospection bénévoles sont réduites à quia, à la portion congrue, à cet os à ronger d’un kilomètre de rayon auquel s’ajoute le furtif coup d’œil en l’air pendant les rares déplacements autorisés. Mieux lotis, les salariés sont couverts par leur attestation employeur, pour ce qui est du travail de terrain correspondant à une mission financée, s’entend, car pour le reste, bien sûr, nous sommes soumis à la même discipline que chacun d’entre vous !

Dans notre jardin, pardon, dans notre jargon, c’est ce que nous appelons une forte baisse de la pression d’observation. Il y a beaucoup moins d’yeux naturalistes au mètre carré, ce qui veut dire que la première hirondelle, le premier rossignol… ont beaucoup plus de chances de passer entre les mailles du filet. En toute logique, nous devrions cette année enregistrer des dates de première mention de telle ou telle espèce beaucoup plus tardives…

Suspense, et bien non ! Ha haaa, comme disait Superdupont : vous avez l’œil.

(photo P.-L. Lebondidier)

Ouvrez le PDF pour lire la suite !

Document à télécharger :  Migrateurs_Au_01-04-20-7364.pdf
posté par Cyrille Frey
 
vendredi 27 mars 2020
Grands classiques des jardins: Moineaux domestique et friquet, ne les confondez plus !

Vous êtes nombreux à répondre à l'appel de la LPO et du réseau Faune-France à saisir vos observations réalisées en confinement.

Parmi les espèces les plus classiques qu'on y observe se trouvent évidemment les moineaux. Il y a encore vingt ans, vous auriez pu, presque n'importe où, sauf en plein Lyon, observer deux espèces: le Moineau domestique et le Moineau friquet. Seulement, seulement !

Le Moineau friquet a presque disparu de la métropole de Lyon, si même il y niche encore, et s'est considérablement raréfié même dans le Rhône "vert". C'est désormais une véritable rareté. Aussi, il convient d'être très vigilant sur son identification afin de ne pas faire apparaître indûment la présence du Friquet là où, hélas, il a disparu.

Avec cette planche (photos: Lydie et Pascal Dubois, Jean-Rémy Mallard, Loïc Le Comte), levez les doutes ! Au besoin, accompagnez vos données de Friquet d'une photo.

http://files.biolovision.net/www.faune-rhone.org/userfiles/Documents/Illustrationsnews/Planchemoineaux.jpg

posté par Cyrille Frey
page :
 
 
1
2
3
4
5
6
7
8
9
>
>|
Nbre/page :
nbre : 350

Ligue pour la Protection des Oiseaux délégation Rhône
Visionature
VisioNature est un outil développé avec la collaboration du réseau LPO. Grâce aux technologies Internet, débutants, amateurs et professionnels naturalistes, peuvent partager en temps réel leur découverte et ainsi améliorer la connaissance et la protection de la faune
Biolovision Sàrl (Switzerland), 2003-2020